La littérature

La littérature chinoise doit son premier succès au Livre des Odes, premier recueil de poèmes chinois datant du VIe siècle av. J.-C. Viennent ensuite la prose au style simple de l’époque antérieure aux Qin (770 – 221 av. J.-C.), le fu (genre de poème en prose rimée) de la dynastie des Han (206 av. J.-C. – 220 de notre ère) et le yuefu (poème mis en musique) au style fleuri vers la fin de cette dynastie, qui ont représenté chacun les tendances littéraires de leur[…]

La calligraphie et la peinture

Les caractères de l’écriture chinoise étaient à l’origine des dessins ou des signes. L’évolution de l’écriture a donné naissance à un art calligraphique indépendant. Les œuvres de grands calligraphes des différentes dynasties restent représentatives de la calligraphie de leur époque. La passion des calligraphes et des amateurs pour cet art s’est transmise jusqu’à nos jours. Différente de la peinture à huile occidentale, la peinture traditionnelle chinoise a ses formes d’expression particulières. Les dessins sur les poteries néolithiques d’il y a 6 000 ou 7 000[…]

L’art artisanal

L’art artisanal chinois est très varié, avec des techniques très raffinées. Grâce à l’action de protection menée par le gouvernement, ces techniques ont pu, pour la plupart, se transmettre jusqu’à nos jours ; de nombreux produits se vendent jusqu’à l’étranger et y sont très appréciés. Les objets artisanaux particuliers sont fabriqués à partir d’une matière première spéciale ; leur conception est ingénieuse et leur façonnage, recherché ; ils se distinguent par leur élégance. Pour réaliser une sculpture en jade, l’artisan utilise des veines naturelles, du[…]

La calligraphie extrême-orientale

La calligraphie extrême-orientale, ch. trad. : 書法 ; py : shūfǎ ; lit. : « méthode, art de l’écriture » ; en japonais shodō (書道, shodō?, voie de l’écriture), désigne l’ensemble des calligraphies (écriture à la main) des caractères chinois, ou bien, s’il s’agit d’une calligraphie japonaise, des idéogrammes associés à un des deux alphabets syllabaires purement japonais, ou bien de cet alphabet uniquement, sans aucun idéogramme[1]. Quels que soient les styles et la démarche propres- à l’artiste, la calligraphie est un art de l’écriture[…]

opéra traditionnel chinois

L’Opéra chinois ou opéra traditionnel chinois 戲曲 xìqǔ est synonyme de théâtre chinois jusqu’au XXe siècle. Le 話劇 huaju est le théâtre parlé d’inspiration occidentale introduit au XXe siècle. Il existe une troisième forme de spectacle théâtral populaire, le quyi 曲藝, l’art des conteurs, des chanteurs et des bateleurs qui a souvent inspiré le xiqu. Le terme de xiju 戲劇 désigne le théâtre en général (xiqu et huaju) ; il se divise en plusieurs formes principalement marquées par leur origine géographique ou culturelle. La langue[…]

L’opéra de Pékin

L’opéra de Pékin ou opéra de Beijing (chinois simplifié : 京剧 ; chinois traditionnel : 京劇 ; pinyin : Jīngjù) est un genre de spectacle combinant musique, danse acrobatique, théâtre et costumes flamboyants et faisant le récit d’histoires tirées du passé historique et du folklore chinois. Né à la fin du XVIIIe siècle, l’opéra de Pékin trouve son essor au milieu du XIXe siècle[1]. Ce genre est populaire dans la cour de la dynastie Qing et est considéré comme un des trésors de la Chine[2].[…]

La Fête de la mi-automne

La Fête de la mi-automne ou fête de la lune, également appelé 15 août (chinois simplifié : 中秋节 ; chinois traditionnel : 中秋節 ; pinyin : Zhōngqiūjié ; au Vietnam : Tết Trung Thu ; au Japon : O-tsukimi ; en Corée : Chuseok), est célébrée le soir du 15e jour du huitième mois lunaire (d’où la traduction par 15 août), qui est toujours une nuit de pleine lune. Ce jour-là, la pleine lune est la plus ronde et la plus lumineuse de l’année, ce[…]

La fête des bateaux-dragons

La fête des bateaux-dragons ou fête du Double Cinq (chinois 端午節 ; pinyin duān wǔ jíe) est une fête chinoise marquant l’entrée dans les chaleurs de l’été et la saison des épidémies. Elle a lieu le cinquième jour du cinquième mois lunaire, fin mai ou début juin dans le calendrier grégorien (date mobile). « Le festival du Bateau-Dragon » a été inscrit en 2009 par l’UNESCO sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité[1]. Les nombreuses pratiques qui y sont associées ont pour[…]

La fête des lanternes

La fête des lanternes (traditionnels : 元宵節 ; simplifiés : 元宵节 ; pinyin : yuánxiāojié), où la lumière est reine, clôt le cycle des festivités du Nouvel an chinois. La population (de nos jours, surtout les enfants accompagnés de leurs parents) sort pour une promenade à la nuit tombée, une lanterne à la main. Bien que les modèles traditionnels (huadeng 花燈) en papier illuminés à la bougie gardent leurs adeptes, on en trouve de plus en plus en plastique et fonctionnant à piles. Les effigies[…]

Le Nouvel an chinois

Le Nouvel an chinois , Nouvel an du calendrier chinois ou nouvel an lunaire (sinogrammes traditionnels : 農曆新年 ; sinogrammes simplifiés : 农历新年 ; hanyu pinyin : nónglì xīnnián) ou « passage de l’année » (traditionnels : 過年 ; simplifiés : 过年 ; pinyin : guònián) est le premier jour du premier mois du calendrier chinois. C’est le début de la fête du printemps (traditionnels : 春節 ; simplifiés : 春节 ; pinyin : chūnjié) qui se déroule sur quinze jours et s’achève avec la[…]

La broderie chinoise

La broderie chinoise, art artisanal traditionnel de la Chine, occupe une place importante dans l’histoire de l’art chinois, et, au sein de l’industrie textile, dans l’économie chinoise. Elle est pratiquée dans toute la Chine et porte des caractères distincts selon les lieux. Au cours de son histoire et encore aujourd’hui elle se perfectionne sur le plan technique et se renouvelle dans ses choix esthétiques. Depuis quelques années un intérêt croissant se développe en Chine pour l’étude des broderies anciennes et modernes, chinoises et étrangères[1]. La[…]

Le terme sancai

Le terme sancai (chinois : 三彩 ; pinyin : sāncǎi) qui signifie « trois couleurs », désigne un type de céramique chinoise faisant appel à des glaçures de trois couleurs (ou plus) pour leur décoration.   La technique de la céramique sancai remonte à la dynastie Tang. En dépit du nom, le nombre de glaçures de couleurs différentes réellement utilisées pour les sancai, les céramiques « trois couleurs », pouvait s’élever à une douzaine, sur certaines pièces très élaborées. Les céramiques sancai étaient fabriquées au[…]

Le cloisonné

Le cloisonné est une technique de fabrication de bijoux, vases et autres objets de décoration en émail. Les objets produits par cette technique sont également appelés cloisonné. Il s’agit de cerner le contour des motifs à l’aide d’une mince bandelette métallique soudée sur le champ du métal. Les alvéoles ainsi obtenues sont remplies d’émail. Le tout est ensuite cuit et poncé. Pour les objets en céramique, les cloisons délimitant le motif sont réalisées par le dépôt d’un filet d’engobe à l’aide d’une poire. Cette technique[…]

La soie

La soie est une fibre textile d’origine animale produite par de nombreux arthropodes, araignées[1] et chenilles de certains papillons notamment (Yponomeutes, bombyx). Celle qui sert à produire des tissus de soie est issue du cocon produit par la chenille (ver à soie) du bombyx du mûrier (Bombix mori) pour la soie de culture, et du ver à soie Tussah (plusieurs espèces de chenilles du genre Antheraea) pour la soie sauvage[2]. La technique permettant de produire la soie date de 2500 av. J.-C. et vient de[…]

Céramiste

n(e) céramiste maîtrise toutes les étapes du processus de fabrication d’objets en terre cuite (grès, faïence, céramique, porcelaine, raku …), de la conception de la forme à la cuisson à très hautes températures. Pièces uniques ou produits en petite série, les objets créés sont fonctionnels et décoratifs (théières, tasses, assiettes, plats, bols, vases, pieds de lampe, brûle-parfums, etc.). Les céramistes travaillent selon leur propre inspiration ou sur commande, dans le cadre de la création d’éléments sculpturaux, de panneaux muraux ou de mosaïques ornementales. Le céramiste[…]