Les grottes de Mogao

Les grottes de Mogao (莫高窟 ; pinyin : mògāo kū, « grottes d’une hauteur inégalée »), ouvertes au public depuis 1980 (seules quarante grottes restent ouvertes au public, par roulement, dont dix en permanence), forment un système de 492 temples bouddhistes près de Dunhuang, dans la province de Gansu en Chine, en marge du désert de Gobi. Ces temples ont été élaborés dans 492 grottes[1], creusées dans la paroi rocheuse par des moines à partir du IVe siècle. Les premières grottes n’étaient pas plus grandes que des cercueils[réf. nécessaire]. Des communautés monastiques commencèrent vite à percer des cavités plus grandes pour des actes de dévotion publique, et à orner les sanctuaires d’effigies de Bouddha. C’est de ces premières grottes que vient le nom de grottes des mille Bouddhas, ou grottes de Dunhuang. Certaines de ces grottes abritent des statues de Bouddha de très grande dimension. Les moines bouddhistes placèrent des dizaines de milliers de manuscrits et de peintures dans une petite salle attenante à l’une des grottes.

Ces grottes constituaient des lieux de culte d’une grande importance, sur la route de la soie. Leur réalisation s’est étalée sur une longue période allant du IVe au XIVe siècle, avec un point culminant sous la dynastie des Tang, entre le VIIe et le Xe siècle. C’est d’ailleurs de cette époque que datent les plus belles grottes.

Au cours de l’année 1900, une petite grotte murée fut découverte de façon accidentelle ; elle s’avéra contenir plusieurs dizaines de milliers de documents, de statuettes et d’objets divers, souvent vieux de plus de 1 000 ans. Une grande partie de ces trésors culturels ont été achetés par les explorateurs occidentaux, en particulier Sir Aurel Stein et Paul Pelliot.

Laisser un commentaire